Problèmes et évolutions de la lubrification auxquels le Traitement Moteur QMI s’adresse

Les segments de piston

La réduction des émissions d’hydrocarbure est une des principales préoccupations des constructeurs de moteurs de cette décennie. Un plus petit nombre de micros fissures aura un grand impact sur cette réduction d’hydrocarbure. Cependant, le fait de réduire la hauteur de compression des pistons pour un plus petit volume de micro fissures augmente la température au niveau supérieur des chemises de cylindre du moteur. Des problèmes de lubrification apparaissent donc sur la zone de l’interface entre les segments et les rainures de pistons et l’interface entre le haut des segments de pistons et les chemises de cylindre du moteur.

La couche glissante, bien que tenace, du PTFE QMI dans les segments de piston supérieurs et les chemises de cylindre du moteur réduira grandement ce problème de lubrification.

 

Train de soupape

L’assemblage du train de soupape comprend des pièces telles que l’arbre à cames, la came, le décompresseur, la soupape, le ressort de soupape et le culbuteur. Bien que les interfaces entre la came et le décompresseur permettent la formation d’un film élastohydrodynamique, la lubrification principale sur cette zone est mélangée et la démarcation de la lubrification se trouve là où les surfaces entrent en contact.

La fusion du PTFE par le Traitement Moteur QMI a un effet extraordinaire sur la réduction de la friction et de l’usure de l’interface du décompresseur et de l’arbre à cames.

 

Les souillures de l’huile du moteur

Des facteurs de plus en plus nombreux font du carter un égout chimique. Les moteurs plus petits, plus performants déversent dans l’huile du carter de grandes quantités de gaz de combustion, de suie, de poussière métallique, de sable abrasif qui provient de l’air que « respirent » les moteurs, de l’eau condensée, du carburant dilué et parfois de l’antigel provenant de fuites du joint de culasse.

Tout en transportant ces polluants, l’huile doit essayer de jouer son rôle de lubrifiant qu’elle soit froide ou très chaude.

Le Traitement Moteur QMI apporte une nouvelle dimension dans la lubrification par le traitement PTFE en fournissant une protection chimiquement inoffensive contre les substances polluantes acides et autres souillures.

 

Les filtres

Un test sur les filtres a été réalisé par le Southwest Research Institute avec le Traitement Moteur QMI. Ce test utilisait une membrane de filtre à 0.8 microns quand les filtres à huile automobiles possèdent généralement une membrane d’un filtrage de 10 à 40 microns. Le rapport du laboratoire certifie que : « Il ne s’est présenté aucun problème au moment de filtrer le produit. ». Ce test prouve aussi que QMI n’obstruera pas les conduits d’huile et les ouvertures des crans de pompe à huile.

 

Chambre de combustion du moteur

La température élevée des gaz d’échappement provenant de la combustion interne, n’altère pas le Traitement PTFE sur les parois des cylindres supérieurs. La conception des moteurs a éliminé les gaz d’échappement à haute température de telle sorte que le métal des cylindres supérieurs n’atteint pas une température extrême. Le Traitement PTFE s’amalgame dans les pores des surfaces métalliques, et la température du traitement est modérée par les surfaces qui en sont recouvertes.

 

Additifs

Les « additifs » traditionnels doivent être ajoutés à chaque changement d’huile, et sont conçus pour changer les propriétés fondamentales de l’huile du moteur. Ils peuvent ajouter de la lubrification, augmenter les réducteurs d’oxydation, les détergents, etc. De nombreux additifs contiennent des ingrédients sous EP (Extreme Pressure Pression Extrême) tels que le plomb (naphtalènes de plomb) ou chlorate (tétrachlorure de carbone) qui nuisent à l’environnement (le plomb est un poison) et aux moteurs (le chlorure est une substance corrosive). De nombreux constructeurs de moteur désapprouvent l’utilisation d’additifs parce qu’ils peuvent s’avérer nuisibles et parce qu’ils modifient les propriétés fondamentales de l’huile du moteur nécessaires à la lubrification du moteur.

Par contraste, QMI est particulièrement conçu pour ne pas modifier les propriétés fondamentales des huiles de moteur et ne nécessite q’une seule application tous les 80 000 km.

QMI fond un film de lubrifiant PTFE ultra fin dans le substrat du métal, ce film subsiste aux multiples changements d’huile sans ajout supplémentaire, il s’agit d’un « traitement » bien plus que d’un « additif ».

 

Nettoyage

Les produits QMI contiennent des agents nettoyants qui facilitent la pénétration du PTFE sur les surfaces en friction. Il arrive qu’au moment de traiter des moteurs plus anciens, des collectionneurs de véhicules anciens expriment leur inquiétude quant à l’élimination de l’excès carbonique qui s’est formé et quant aux risques de fuite d’huile par les joints usés.

L’excès carbonique se forme uniquement sur les surfaces qui ne sont pas en mouvement. Les surfaces en friction (parois cylindriques, lobes de l’arbre de distribution, surfaces porteuses, etc.) n’ont pas ce problème grâce à la friction et à l’usure due aux mouvements des pièces.

Cependant, certaines gommes et vernis se trouvent dans les pores des surfaces en mouvement. L’action nettoyante du Traitement Moteur QMI dissout ces résidus pour permettre aux particules de PTFE de s’amalgamer dans les pores.

 

Compatibilité

Le PTFE est chimiquement inerte avec toutes les substances chimiques connues de l’homme, aucune réaction chimique n’est possible au contact du PTFE, en conséquence, le Traitement Moteur QMI est compatible avec toutes les huiles de moteurs, y compris synthétiques.

 

Compression

Chez les plus vieux moteurs (moteurs au kilométrage élevé) qui ont commencé à perdre de leur compression, le Traitement Moteur QMI apporte souvent une amélioration dans la compression. Les moteurs plus anciens commencent à perdre en compression quand les segments de piston se bloquent dans les rainures. Ce phénomène se produit quand les gommes, les vernis et les dépôts de carbone s’accumulent dans les rainures des segments de piston. Les segments de piston se bloquent et n’adhèrent pas hermétiquement aux parois des cylindres, ce qui cause une perte de compression. L’action nettoyante et traitante de QMI permet de libérer les segments afin qu’ils adhèrent correctement aux parois de cylindres, restaurant ainsi la compression. Par la suite, le traitement PTFE permet aux segments de rester libres de tous dépôts de façon à maintenir la compression rétablie.

 

Les corrosifs

Le PTFE est chimiquement inerte aux acides et corrosifs, et le traitement reste actif malgré les polluants et souillures corrosifs de combustion que l’on trouve dans l’huile.

Un grand pourcentage de l’usure est souvent dû à la détérioration des pores des pièces métalliques par les attaques des agents corrosifs. Les carburants brûlés dans le moteur produisent du nitrogène et de l’acide sulfurique, y compris des acides bromhydriques et chlorhydriques hautement corrosifs. Ces acides attaquent les pièces métalliques, accélérant le processus de détérioration. Les points élevés affaiblis se cassent plus facilement, créant de nouveaux points faibles et accélérant le processus d’usure. Cette accélération s’observe plus particulièrement chez les moteurs fonctionnant avec un additif à huile qui empêche l’inhibition des acides ; avant de faire monter à une température qui dissipe les acides, l’usure est accrue par six fois (ou par un facteur six).

Le Traitement PTFE QMI chimiquement inerte protège les pièces métalliques des agents corrosifs et réduit considérablement ce facteur d’usure.

 

Différences (entre les produits)

De nombreux produits, qui portent le nom de « traitement » ou « protecteurs de moteur » sont présents sur le marché. Certains de ces produits sont de bonne qualité, ayant passé l’épreuve du temps. D’autres ont été propulsés sur le marché pour rentrer dans la catégorie de « traitement ».

Bien qu’ils soient promus de façons différentes, ils présentent de nombreuses différences. Certains ne sont qu’une combinaison d’ingrédients généralement trouvés dans les additifs, avec l’étiquette « traitement » en plus.

Certains encore n’ont rien à voir avec un effet lubrifiant, en exemple le phénomène par lequel on « remétallise » des moteurs par « soudures » de micro particules métalliques alors que l’huile a précisément pour rôle de s’opposer au contact métal contre métal et par conséquent d’éviter la friction qui conduirait à l’usure voire au grippage.

Dans un examen Bilan Santé Moteur, une huile de vidange prélevée comportant des teneurs en particules de métal élevées révèlera une usure des chemises et de la segmentation, donc du moteur.

 

La fréquence

Etant donné que les surfaces traitées avec QMI sont très glissantes, le traitement ne va pas s’accumuler. Les utilisateurs peuvent renouveler le traitement aussi souvent qu’ils veulent – il n’y a pas de risque de « sur-traitement ».

 

La friction

Les surfaces opposées dans les moteurs sont en mouvement les unes contre les autres souvent violemment, créant une friction. De même, la tension de surface entre l’huile et le métal crée un frottement. Ce phénomène diminue la performance du moteur et augmente sa consommation en huile et en carburant. Le Traitement Moteur QMI, telle « de la glace mouillée sur de la glace mouillée », diminue considérablement la friction et les frottements, et ainsi l’usure, améliorant la performance du moteur et réduisant sa consommation et les émissions polluantes.

 

Economie de carburant

En réduisant la friction qui sabote la puissance du moteur, QMI permet de fournir aux roues une puissance plus efficace, permettant par la même une plus faible consommation de carburant.

La consommation de carburant est aussi influencée par de nombreux autres facteurs (changements de température, vents dominants, qualité du carburant, vitesse du véhicule, pluie, etc.) et peut fluctuer tandis que le Traitement Moteur QMI améliore l’efficacité.

De plus, étant donné que seulement une petite partie de la consommation de carburant lutte contre la friction dans le moteur, l’amélioration apportée par le Traitement Moteur QMI ne dépassera généralement pas plusieurs kilomètres par litre. Après l’application de QMI l’augmentation et le rééquilibrage des compressions donne d’excellents résultats sur la consommation de carburant, mais la part importante d’économie sera proportionnelle au taux de friction réduit par le Traitement QMI.

Bien que divers facteurs aient une influence sur le taux d’économie de carburant, QMI rend tous les moteurs plus efficaces. Le prix du Traitement Moteur QMI est largement amorti uniquement en économie de carburant ! 

 

La chaleur

La chaleur du cylindre supérieur du moteur est générée par la combustion, elle est contrôlée par le système de refroidissement. Cependant, la chaleur dans le train de soupape et la partie inférieure du moteur est générée par la friction et gagne l’huile du moteur. L’impact de la chaleur contribue à l’usure de l’huile et du métal et à une détérioration prématurée du moteur. Le Traitement Moteur QMI diminue la chaleur provenant des frottements, réduisant les problèmes engendrés par celle-ci et prolongeant ainsi la durée de vie du moteur. QMI offre aux moteurs une marge de sécurité supplémentaire.

 

La puissance chevaux

Une partie de la puissance chevaux générée par le moteur se perd dans le phénomène de friction. Le Traitement Moteur QMI diminue la friction, augmentant ainsi la puissance en nombre de chevaux. De nombreux tests de puissance dynamométrique ont démontré ce phénomène.

Ainsi, la friction des pièces métalliques réduite au maximum engendre une meilleure répartition de la puissance du moteur, qui, alliée à l’augmentation des compressions, se traduit par une augmentation de la puissance moteur en nombre de chevaux supplémentaires. 

 

Longévité

Le Traitement PTFE QMI est constamment fusionné au métal. Son inertie chimique et sa stabilité thermique lui permettent de résister aux attaques corrosives et à la détérioration due aux températures élevées. Le PTFE, la substance la plus glissante connu l’homme (inscrit dans le livre Guinness), n’est éliminé que par l’action abrasive de la poussière, la saleté ou autres polluants abrasifs présents dans l’huile du carter.

L’action abrasive de la poussière va lentement éliminer le Traitement PTFE. C’est pourquoi il est indispensable de suivre les recommandations du constructeur en ce qui concerne le changement de l’huile et la fonction du filtre à air pour assurer une longue vie au traitement.

80 000 km après sera le moment le plus économique pour renouveler l’application du Traitement QMI. Le fait de traiter plus souvent permettra d’obtenir une réduction de l’usure maximale et d’autres avantages concernant la performance.

 

Les moteurs neufs

Plus un moteur est neuf, plus le Traitement Moteur QMI peut allonger sa durée de vie. Avant d’appliquer le traitement, les moteurs neufs doivent d’abord être rodés, leurs segments de piston devant se loger dans les parois cylindriques. Avant de traiter un moteur neuf, conduisez le véhicule le temps nécessaire pour que ce phénomène se produise tel que le recommande le constructeur. Vous pouvez ensuite appliquer le traitement QMI.

Si on l’applique le Traitement QMI avant le rodage complet du moteur, le traitement risque de ralentir le processus de rodage en diminuant l’usure qui est nécessaire pour que les segments de piston se logent dans les parois cylindriques. Le rodage est une « première usure nécessaire » QMI ralentit ce phénomène d’usure. NE JAMAIS TRAITER AVANT RODAGE.

 

Observations

Au cours de leurs applications, les utilisateurs des produits QMI constateront des améliorations. Les conducteurs peuvent aussi constater un démarrage plus facile (particulièrement par temps froid), une meilleure accélération, un ralenti et un fonctionnement plus doux, notamment pour les moteurs plus vieux. Il arrive aussi souvent que des compresseurs ou des cames bruyantes deviennent plus silencieux.

Chez les moteurs neufs, les améliorations sont moins notables. Cependant, les utilisateurs de QMI bénéficieront d’une durée de vie maximale et de frais de réduits.

 

Analyse de l’huile

L’analyse de l’huile apporte de précieuses indications sur l’état d’un moteur et donc le pourcentage d’usure dans son système lubrifié. Un échantillon d’huile usagée est prélevé au moment de la vidange puis envoyé à un laboratoire où il est analysé à l’aide d’un spectromètre à émissions. Le spectromètre analyse tous les éléments contenus dans l’huile, y compris les particules métalliques provenant de l’usure et en imprime un rapport.

L’huile assure le contact entre les pièces métalliques et par conséquent évite l’usure. Lorsqu’il y a dégradation ou insuffisance de l’huile, les pièces métalliques causent de l’abrasion entre elles entraînant une recrudescence de particules métalliques fines qui se retrouvent dans l’huile (arrachement du métal), ces particules de métal vont à leur tours créer de l’abrasion et augmenter l’usure des parois métalliques.

L’analyse des particules métalliques permet d’identifier le métal dont elles sont issues. D’une marque de constructeur à une autre les métaux utilisés sont différents.

A titre d’exemple la présence de particules de chrome peut indiquer une usure des segments des pistons, le fer peut indiquer une usure des chemises, des pignons, des soupapes, de l’arbre à came … le cuivre peut indiquer une usure des paliers, des bagues de poussée, des douilles entretoises … l’étain peut indiquer un problème au niveau des coussinets…

L’analyse de l’huile peut être utilisée pour observer des taux d’usure réduits après une application du Traitement QMI.

Les tests très fiables Séquence IIIE de l’ASTM subit par QMI constituent une preuve formelle que QMI réduit l’usure de 88% par rapport aux huiles les plus perfectionnées ; les résultats de ces tests démontrent qu’en effet QMI réduit les frottements et par conséquent l’arrachement du métal jusqu’à 88%. 

 

Consommation excessive de l’huile

Le Traitement Moteur QMI permettra de réduire une consommation excessif et un vieillissement précoce de l’huile dans les vieux moteurs.

Le processus de traitement libère souvent les segments de piston bloqués, réduisant ainsi la surconsommation de d’huile et améliorant l’adhésion entre les segments de piston et les parois cylindriques. Par la suite, le traitement permet de conserver les segments de piston libres et correctement étanches, en maintenant une consommation raisonnable de l’huile. 

 

La performance

A cause de la friction une partie de l’énergie générée par le moteur est perdue au détriment de la performance. Le Traitement Moteur QMI réduit la friction, améliorant ainsi la performance. De nombreux tests de puissance chevaux par dynamomètre ont démontré ce phénomène, y compris ceux conduits par l’industrie et la course automobile.

 

Les moteurs plus anciens

Le Traitement Moteur QMI est particulièrement valable pour les vieux moteurs. L’usure accroît un mauvais alignement, lequel mauvais alignement accroîtra à son tour une plus grande usure et ce cercle vicieux aboutit à une détérioration du moteur. Le Traitement Moteur QMI permet d’interrompre ce cycle, allongeant souvent la durée de vie du vieux moteur de façon considérable.

 

Elimination du produit

L’action abrasive de la poussière présente dans l’huile du moteur éliminera lentement le traitement. Pour une longévité maximale, les utilisateurs devraient suivre les recommandations du constructeur concernant notamment les vidanges et le filtre à air.

Traitement Moteur QMI – renouveler tous les 80 000 km – Pour le sport automobile, plus le véhicule mis à l’épreuve est traité et plus ses performances augmenteront.

 

Diminution de l’usure due à la rouille

La rouille contribue à l’usure du moteur. Les moteurs accumulent de l’eau car les changements de températures dans le carter créent de la condensation. Quand ils effectuent fréquemment des petites distances, les moteurs atteignent rarement des températures élevées qui leur permettraient de dissiper l’eau, et cette humidité produit de la rouille. Des experts motoristes citent la rouille comme « une des quatre causes principales d’usure du moteur ».

Les résines PTFE chimiquement inertes de QMI agissent comme une barrière imperméable, réduisant ainsi l’usure par la rouille.

 

Usure au démarrage

Des tests effectués par des ingénieurs automobiles montrent que 80% de l’usure du moteur se produit au démarrage. Quand le moteur s’arrête, le film d’huile tombe en approximativement 6 secondes, puis il s’égoutte dans le réservoir d’huile avec les additifs.

Après quatre heures, quasiment aucune couche d’huile protectrice reste sur les surfaces de friction. Au démarrage, le métal frotte contre le métal jusqu’à ce que l’huile soit répartie sur toutes les surfaces en friction, le dommage qui survient est irréparable. Le Traitement Moteur QMI recouvre les surfaces d’usure en permanence d’un film très glissant de PTFE (beaucoup plus glissant que l’huile) et reste en place quand l’huile est au fond du carter. Par conséquent au moment du démarrage QMI protége les parois métalliques des frottements et élimine totalement (à 100%) ce facteur d’usure.

 

Le démarrage

Les moteurs démarrent plus facilement avec QMI, particulièrement par temps froid. Une friction réduite signifie un démarrage plus facile, moins de pression sur le starter et sur la batterie.

 

La substance la plus glissante

Le Livre Guinness des Records du Monde cite le PTFE comme la substance la plus glissante connue de l’homme, « telle de la glace mouillée sur de la glace mouillée ».

Au Chapitre 5 du Livre Guinness des Records, « Le Monde Scientifique », section « Physiques Extrêmes (Terre) », sous le titre « Le plus coefficient de friction », on lit : « Le plus petit coefficient de friction statique et dynamique de tous solides est de 0.02. C’est le cas du polytétrafluoroéthylène (CF2CF2)n, appelé le PTFE – similaire à de la glace mouillée sur de la glace mouillée. »

 

Tolérances

La lubrification du moteur exige qu’un espace soit maintenu pour le passage de l’huile entre les surfaces de friction. Le Traitement Moteur QMI est d’une épaisseur ultra fine, et n’affectera pas ces tolérances. De plus il respectera un déglaçage des parois de cylindre.

 

Moteurs turbo

Les moteurs turbo ont des roulements de type coussinet métallique (pas de rouleaux) qui sont lubrifiés et refroidis par un épais flux d’huile pris directement depuis la pompe à huile. Si, au démarrage, un moteur turbo tourne à une rotation rapide avant qu’un flux d’huile suffisant soit passé, une détérioration des roulements peut se produire.

Le PTFE contenu dans le Traitement Moteur QMI protège les roulements pendant ces moments délicats, contribue à une meilleure prévention de dommages graves, évite une détérioration prématurée du roulement du turbo et d’importants frais de réparations.

 

Formulation unique

Le Traitement Moteur QMI contient une formule SX-6000, un mélange unique et breveté d’agents de liaison et de suspension qui fournissent à ses utilisateurs la protection PTFE maximale. Avec le SX-6000, cela fait des années que QMI se place comme le seul traitement PTFE de choix sur un marché industriel exigeant.

QMI ne contient aucun solvant ni autres produits potentiellement nuisibles pour le moteur et l’environnement (beaucoup de produits pour le moteur sont dangereux si inhalés, ce qui traduit souvent une présence de solvant et/ou de chlore).

 

Garanties

Le Traitement Moteur QMI n’annule pas la garantie constructeur, ses normes API dépasse leurs exigence de garantie. Ce qui peut être vérifier par tous les constructeurs de moteurs partout dans le monde en demandant une copie des résultats des tests Sequence IIIE effectués par le laboratoire Southwest Research Institute reconnu par l’industrie automobile et celle des huile du monde entier.

 

Usure

Bien que les huiles de moteur se soient améliorées, les exigences à leur égard deviennent de plus en plus grandes. De petits moteurs à rotation rapide fonctionnent à des températures élevées, mettant plus de pression sur les surfaces d’usure. L’usure reste un facteur principal de détérioration du moteur et une conséquence directe des frais de réparations.

Le Traitement Moteur QMI apporte une diminution de l’usure la plus efficace, la plus sûre et la plus facile à appliquer.

top