La réduction de la friction entraîne des avantages en cascade facilement mesurables :

  • Diminution du bruit, des vibrations et des fumées

  • Diminution des frottements jusqu’à 88% : les résultats des analyses spectrométriques de l’huile font apparaître une diminution du taux de particules de métal en suspension dans l’huile, le métal ne s’arrachant quasiment plus.

  • Suppression de l’usure au démarrage du moteur : la couche de PTFE protége les surfaces métalliques même lorsqu’un film d’huile ne recouvre pas encore les parois. Batterie préservée et démarrage plus facile même par temps froid.

  • Augmentation de la puissance en nombre de chevaux supplémentaires : une partie de la puissance générée par le moteur se perd dans le phénomène de friction, en diminuant les frottements au maximum du possible, le Traitement permet au moteur d’augmenter ses performances.
      • Moto, voiture : augmentation de la puissance vérifiable sur banc dynamométrique.
      • Moteur marin : une relève du cran de combustion des pompes de chaque cylindre avant et après traitement démontrera une nette augmentation de la puissance.

  • Diminution de la temperature de l’huile et des parois metalliques  : sonde

  • Baisse de la consommation de l’huile : appoints moins fréquents.

  • Baisse de la consommation de carburant entre 3% et 6,4%. Cette économie est constatée notamment sur les moteurs auxiliaires embarqués pour la production d’électricité à bord d’un navire. La courbe de combustion fait apparaître des données remarquables sur ce paramètre.

  • Economie en pièces détachées : outre l’usure engendrée par la friction, les acides produits par le carburant brûlé attaquent les pièces métalliques, accélérant la détérioration du moteur, les points affaiblis se cassent plus facilement créant de nouveaux points faibles et accélérant le processus d’usure. En recouvrant les pièces actives du moteur d’une couche très résistante de PTFE, le Traitement QMI diminue considérablement, voir annule, ce facteur d’usure.


Top